PCD | Parti Chrétien-Démocrate

Affaire Léonarda : un appel d’air pour l’immigration clandestine

PCD 21 octobre 2013

Charles-Henri Jamin, Président du PCD, dénonce la décision de François Hollande de faire revenir Léonarda sur le territoire français.

“Depuis 5 ans, la famille Dibrani était présente de façon illégale sur notre territoire. Or, aussitôt après leur expulsion, le père de Léonarda n’a pas eu peur de déclarer les caméras qu’il reviendrait en France coûte que coûte, avec sa famille, dans la plus totale illégalité. Suite à la proposition totalement aberrante de François Hollande de faire revenir l’adolescente en France sans sa famille, Léonarda a dit devant les caméras : “Un jour ou l’autre je rentre en France et c’est moi qui va faire la loi”. Nous renvoyons l’image d’un pays qui ne sait pas se faire respecter, qui ne sait pas être ferme, et nous installons un appel d’air pour ceux qui veulent venir en France au mépris des lois.

Comme d’habitude, François Hollande est incapable de cohérence et de fermeté, et plus soucieux de préserver l’unité de façade du PS et les 23% d’opinions favorables dont il bénéficie encore que d’affirmer l’état de droit dans notre pays.

De plus, comment notre Président peut-il proposer à une jeune mineure de venir vivre en France seule ? Quelle est sa vision de la famille, pour qu’il manifeste envers elle tant de mépris ? Et quid des frères et soeurs de Léonarda, eux aussi scolarisés en France ? Encore une fois, M. Hollande raisonne uniquement par rapport à l’opinion et aux medias, et prend des décisions dans la précipitation, avec un amateurisme déconcertant.

Plutôt que de s’indigner face à une France qui ne peut pas accueillir tout le monde, plutôt que de faire porter toute l’exigence d’intégration sur elle, il serait temps de dénoncer le rejet et la discrimination dont les Roms sont victimes dans leurs pays, et d’exiger que ces pays prennent leurs responsabilités et développent de vraies politiques d’intégration.

Ouvrir les portes à tous est une mauvaise chose, aussi bien pour les personnes qui viennent que pour les personnes qui accueillent. La fermeté et la légalité ne vont pas contre l’humanité et le respect de la dignité. Mais le laxisme, le mépris de l’état de droit peuvent nuire bien-être de nos concitoyens et à la cohésion sociale.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos de l'auteur

Créé en 2001, le PCD est présent dans plus de 75 délégations à travers toute la France pour remettre l'homme au cœur des décisions politiques.