PCD | Parti Chrétien-Démocrate
Derniers articles

Christine Boutin lance sa campagne sur le thème de la bioéthique

PCD 25 juin 2011

Jeudi 30 juin, à Lyon, pour son premier déplacement de campagne, la candidate à l’élection présidentielle de 2012 a défendu un projet de « droite sociale et humaine ».

Article paru dans La Croix

« Libre ! C’est la première fois de ma vie que je suis totalement libre. » En blouse blanche, pour la visite de l’Institut de recherche en thérapie cellulaire de Lyon, Christine Boutin ne boude pas son plaisir. C’est son tout premier déplacement de candidate à la présidentielle sur le thème de la bioéthique.

La voilà donc repartie en campagne, pimpante et enthousiaste comme il y a neuf ans, mais, assure la présidente du Parti chrétien-démocrate, dans des conditions beaucoup plus favorables qu’en 2002.

« J’ai eu une très belle carrière politique, j’ai été ministre », explique-t-elle en assurant n’avoir aucune ambition ministérielle pour l’avenir, « ne rien négocier » pour elle-même et « n’attendre rien, sinon que (ses) idées soient reprises ». Libre, donc.

« Ce qui m’importe, poursuit-elle, c’est de porter un nouveau projet de société. Avant d’évoquer les détails techniques, nous devons nous interroger sur nos valeurs communes, sur nos fondamentaux. » Et Christine Boutin d’interroger : « Quelle est la place de l’homme ? Est-il une valeur d’ajustement ou doit-il être premier dans la construction de la société ? »

« Je récuse ce libéralisme concurrentiel appliqué à l’humain »

C’est dans cette perspective que la candidate a choisi de démarrer sa campagne sur le thème de la bioéthique. « Aujourd’hui, je suis à Lyon pour parler du début de la vie ; mercredi prochain, je serai à Lille pour parler de la fin de la vie et des soins palliatifs. Je suis bien dans les fondamentaux », explique l’ancienne ministre, sûre d’être en phase avec la société d’aujourd’hui. « Les gens ressentent un malaise, voire un mal-être, car, aujourd’hui, nous vivons dans un monde où la rentabilité et l’intérêt financier l’emportent. Où la personne humaine semble une valeur relative. Les Français, dit-elle, sentent que quelque chose ne va pas. »

Dans le laboratoire lyonnais qu’elle a choisi parce qu’il travaille sur les cellules souches du cordon ombilical et non sur l’embryon, la candidate est attentive aux explications des chercheurs, regarde dans le microscope, s’enquiert des applications thérapeutiques attendues.

Puis, dans un court discours devant les biologistes et quelques militants, elle salue le choix de l’institut d’inscrire ses recherches dans un cadre éthique, estimant que « nous ne sommes pas une civilisation où la fin justifie les moyens ».

Quant au retard français évoqué par ceux qui souhaitent voir se développer les travaux sur les cellules souches embryonnaires, elle rétorque : « Je récuse ce libéralisme concurrentiel appliqué à l’humain. » Sûre de ses idées, Christine Boutin promet que rien ne la fera renoncer à les porter en 2012

MARINE LAMOUREUX

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos de l'auteur

Créé en 2001, le PCD est présent dans plus de 75 délégations à travers toute la France pour remettre l'homme au cœur des décisions politiques.