PCD | Parti Chrétien-Démocrate

Fin de vie : le Parti Chrétien-Démocrate refuse « l’assistance médicalisée à mourir » votée par la commission des affaires sociales du Sénat

PCD 13 avril 2012

Le PCD réagit par la voix de son Vice-Président Franck Margain, à l’annonce du vote Mardi 18 janvier par la commission des affaires sociales d’une « assistance médicalisée à mourir. »

« Cette proposition est à la fois inutile, simpliste et dangereuse :

– Inutile car la loi Léonetti du 22 avril 2005 répond déjà à la question du refus légitime de l’acharnement thérapeutique, et au choix du patient de refuser des soins disproportionnés, coûteux en terme de qualité de vie et inefficaces sur le plan thérapeutique.

– Ce texte est simpliste car il ne répond pas aux enjeux liés à l’accompagnement des personnes, à l’amélioration de la qualité de vie en phase terminale, ce que développent précisément les soins palliatifs.

– Enfin il est dangereux car il vise ni plus ni moins à légaliser « un permis de tuer » dans notre pays, ce qui, outre la dimension éthique, risque de briser définitivement le pacte de confiance indispensable à la relation soignant/soigné et ouvrir la voie à toutes sortes de dérives, particulièrement auprès des personnes les plus vulnérables (personnes handicapées mentales, personnes en état de coma cérébral, ou toute personne n’étant plus en mesure de donner son consentement).

Pour le PCD, admettre l’euthanasie reviendrait à définir l’homme de façon nécessairement restrictive, en mesurant sa dignité uniquement à l’aune de son degré d’autonomie et de conscience. Or, la dignité de l’homme tient à son humanité même et à ce titre, elle est non réductible. »

Il est à noter que la légalisation de l’euthanasie ne figure pas dans le projet présidentiel de Nicolas Sarkozy. Le Parti Chrétien-Démocrate adresse un courrier à chacun des sénateurs pour les alerter sur ces dérives inquiétantes et appelle à une mobilisation forte dans les jours qui viennent pour garantir la dignité humaine.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos de l'auteur

Créé en 2001, le PCD est présent dans plus de 75 délégations à travers toute la France pour remettre l'homme au cœur des décisions politiques.