PCD | Parti Chrétien-Démocrate

Franck Margain, candidat à la primaire UMP à Paris : « Je serai au second tour face à NKM ! »

PCD 23 mai 2013

le 23/05. Franck Margain était inteviewé par Evous à propos de sa candidature à la primaire de la droite pour la mairie de Paris.

Installer un péage dans l’hyper centre parisien, créer 20 km de voies sur berges en « co-circulation » voitures-piétons, favoriser les familles parisiennes pour le logement social… Franck Margain dénote par ses propositions dans cette primaire UMP. Mais aussi par son profil : dirigeant d’entreprise et non installé dans le microcosme de la droite parisienne. Il répond à vos questions !

Florence : Avez-vous participé aux « manifs pour tous » ?

Franck Margain, candidat à la primaire UMP à Paris : Oui ! J’ai même été en amont du mouvement puisque je me suis rendu à Washington, avec Béatrice Bourges et Christine Boutin, rencontrer des associations conservatrices dédiées au thème de la famille afin d’aller chercher des conseils pour savoir comment lutter contre la loi Taubira. Pour preuve : je débattais déjà en 2011, sur France 24, contre les projets de mariage gay alors que la majorité de mes concurrents se prononçaient alors en faveur de cette mesure.

RENOUVEAU POLITIQUE ?

Annick : Vous présentez-vous uniquement pour faire la pub du parti catho de Christine Boutin (ndlr : Parti chrétien-démocrate) ou pour un projet concret pour Paris ?

F. Margain : Je me présente vraiment pour gagner. Je pense que je serai au 2e tour contre Nathalie Kosciusko-Morizet. Je pense que j’incarne un renouveau politique. Je suis chef d’entreprise (ndlr : directeur de la Deutsche Bank en France). Cela demande énormément d’énergie. Or il faut du renouveau à Paris, des responsables politiques capables d’offrir une vision claire et saine des comptes publics. Et des hommes qui se préoccupent des gens et non des postures politiques. Pas de programmes créés dans les cabinets avec des énarques. J’incarne le renouveau de la politique : c’est-à-dire des hommes qui sont à la fois dans l’entreprise et dans le monde politique. Qui ne vivent pas de la politique ! Je ne rase pas gratis (ndlr : faire des promesses intenables).

Evous : En quoi cette qualité d’homme d’entreprise vous offre-t-elle un plus pour être maire de Paris, poste où l’on traite beaucoup d’urbanisme par exemple ?

F. Margain : J’ai une double casquette : je suis conseiller régional d’Ile-de-France. A la région, j’ai découvert le fonctionnement d’une collectivité territoriale. J’ai à la fois une compétence et une rigueur assumée due à mon engagement en entreprise et à la fois une connaissance des collectivités.

PARIS OU LES YVELINES ?

Rom : Connaissez-vous vraiment Paris vous qui êtes élu dans les Yvelines ?

F. Margain : La liste qui m’a porté au Conseil régional a en effet été constituée dans les Yvelines. Mais je siège au Conseil régional au groupe de Paris. Je suis représentant de la région Ile-de-France au rectorat de Paris, au Frac de Paris… Et à la différence de certains candidats à la primaire, je vis à Paris ! J’achète ma baguette le matin à Paris, je prends le Vélib’, le métro, éventuellement ma voiture… dans Paris !

Evous : Alors pourquoi étiez-vous sur la liste des Yvelines pour les régionales en 2010 ?

F. Margain : Déjà à l’époque les grands barons parisiens ne voulaient pas de moi ! Paris est une forteresse détenue par quelques mains qui ne veulent pas voir arriver de jeunes talents.

LOGEMENT SOCIAL

Evous : Vous comptez amener dans la campagne des questions telles que celles du logement ou de la famille. Pour quelles mesures ?

F. Margain : Ma devise c’est : je ferai du social, plus de socialisme ! Je remettrai à plat des critères d’attribution des logements sociaux, avec 3 priorités : accorder des logements sociaux aux enfants de Parisiens et aux parents des Parisiens, accorder des logements plus grands à ceux qui veulent conserver leurs parents chez eux, l’attribution aux Parisiens qui travaille sur place, à Paris. J’arrêterai le logement social très social pour construire du logement social intermédiaire. Je construirai une 2e résidence étudiante et je m’engage à développer des ateliers d’artistes, qui ont aujourd’hui été attribués aux amis du maire.

UN PÉAGE DANS L’HYPER CENTRE

Evous : Vous êtes favorable à l’instauration d’un péage dans l’hyper centre de Paris et à l’aménagement des voies sur berges. Des positions qui tranchent avec la ligne habituelle de l’UMP…

F. Margain : Je ne fais pas de politique politicienne ! Je suis un homme de conviction. Il faut organiser le Paris du futur. Le péage de l’hyper centre, c’est le péage qui va développer l’économie car les entrepreneurs auront accès par leur propre ordinateur à donner gratuitement à leurs clients une heure ou deux d’accès gratuit dans l’hyper centre. Et les riverains ne paieront pas. Nous aurons donc une décongestion du centre et par ailleurs un développement de l’activité économique. La politique actuelle est un échec, avec de trop nombreux pics de pollution. Il faut une réforme radicale. Concernant les voies sur berges, il a fallu deux mandatures pour que monsieur Delanoë se décide à faire 2 kilomètres, seulement, de voies sur berge dans lesquelles on dépense l’argent public pour créer des villes artificielles. Je dis halte ! Mon aménagement est ambitieux : de Choisy-le-Roi (94) à Saint-Denis (93), c’est 20 kilomètres de voies sur berges en co-circulation avec en haut les voitures et les autobus, en bas les piétons, les poussettes, les rollers… Mon projet, c’est le Paris du vivre ensemble : 50% des Parisiens possèdent une voiture, 50% n’en possèdent pas (ndlr : 58% sont non-véhiculés selon une étude de l’Insee publiée en décembre 2010). Il faut surtout éviter que des milliers de Franciliens ne traversent cette ville. Car le corolaire du péage, c’est l’installation de parkings en périphérie.

LA PRIMAIRE : UN ÉCHEC ?

Evous : Pour l’heure, un faible nombre de Parisiens se sont inscrits à la primaire…

F. Margain : C’est vraiment dommage. Je pense que l’on va atteindre tout de même une vingtaine de milliers d’inscrits.

Evous : Pourquoi une si faible mobilisation ?

F. Margain : Car l’on avait décrété que madame NKM serait vainqueur. Forcément, les gens se sont dit : ce n’est pas la peine de s’inscrire. Mais aujourd’hui, on nous laisse un peu parler. On peut enfin nous permettre d’exposer notre projet ce qui va me permettre je pense de me retrouver au 2e tour face à NKM.

Evous : Certains pensent que Pierre-Yves Bournazel a plus de chances… Vous n’y croyez-pas ?

F. Margain : Non, il est trop jeune. Il est très compétent, je pense qu’il a de l’avenir mais il a 35 ans… Peut-être dans une prochaine mandature.

Retrouvez l’article original ici

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos de l'auteur

Créé en 2001, le PCD est présent dans plus de 75 délégations à travers toute la France pour remettre l'homme au cœur des décisions politiques.