PCD | Parti Chrétien-Démocrate

Franck Margain est-il vraiment moins fiable que Jean-François Legaret ?

PCD 21 mai 2013

Tribune libre de Hervé Moulin sur le site Nouvelles de France le 21/05/2013.

J’ai pris connaissance avec intérêt de l’article de Sébastien de Kerrero, paru lundi sur Nouvelles de France. Je partage avec l’auteur l’idée qu’il est à la fois possible et souhaitable de faire battre Nathalie Kosciusko-Morizet. Par ailleurs, je peux parfaitement comprendre le choix politique de soutenir de préférence Jean-François Legaret – même si je n’ai qu’une idée assez imprécise du rapport de forces électoral à Paris.

Mais il me semble qu’un argument, au moins, est malvenu dans cette tribune libre. Il s’agit de l’idée que le Parti chrétien démocrate de Christine Boutin, et Franck Margain en particulier, ne seraient pas fiables. Je ne connais pas Franck Margain et je ne suis pas un inconditionnel du PCD, mais affirmer cela me semble doublement paradoxal.

Paradoxal d’abord, parce que, sur la question de la dénaturation du mariage, Jean-François Legaret est plutôt moins fiable que Franck Margain. Sauf erreur de ma part, il défendait, naguère encore, le PaCS en mairie. Il vient encore de déclarer qu’il était un « maire républicain » et qu’il célébrerait des « mariages » homosexuels si on le lui demandait. Je peux parfaitement comprendre que tout le monde ne soit pas appelé à la désobéissance civile ; je peux aussi comprendre qu’il est plus facile à Franck Margain, qui n’est pas maire, d’appeler à ladite désobéissance civile. Mais, enfin, il n’en reste pas moins que, dans le procès en fiabilité qui est fait à ce dernier, le moins que l’on puisse dire, c’est que son concurrent n’est pas vraiment le mieux placé.

Paradoxal ensuite, et surtout, parce que le PCD est tout de même autrement plus fiable que l’UMP sur la question du « mariage » homosexuel. Christine Boutin, presque seule dans la classe politique, a dénoncé le piège du contrat d’union civile. On peut sans doute lui reprocher des erreurs passées, mais elle a eu, dans toute cette contestation de la loi Taubira, l’attitude la plus constante et la plus cohérente. Elle a été gazée sur les Champs-Elysées, montrant ainsi qu’elle n’était pas seulement de ces chefs politiques qui regardent de loin leurs troupes se bagarrer, mais qu’elle était l’une d’entre nous. Et, à ma connaissance, la plupart des élus du PCD ont déclaré publiquement qu’ils entreraient en résistance et en désobéissance civile.

Non, décidément, l’argument de la fiabilité ne me paraît pas très adapté à ce choix politique, par ailleurs légitime, en faveur de Jean-François Legaret.

En toute hypothèse, si nous voulons faire battre NKM, l’impératif minimal est de ne pas « cogner » sur les possibles renforts de deuxième tour !

*Hervé Moulin est professeur de philosophie.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos de l'auteur

Créé en 2001, le PCD est présent dans plus de 75 délégations à travers toute la France pour remettre l'homme au cœur des décisions politiques.