PCD | Parti Chrétien-Démocrate

Franck Margain: « Thèmes centraux de la campagne présidentielle, la jeunesse et l’éducation risquent d’en être les premières victimes. »

PCD 27 juin 2012

Franck Margain, vicde-président du PCD réagit à la politique du Conseil régional d’Ile-de-France en matiere d’éducation.

Le conseil régional reconnaît le succès grandissant de l’enseignement privé sous contrat avec une « augmentation continue » du nombre d’élèves et un excellent taux de réussite au bac.

Alors  pourquoi la gauche au pouvoir s’y attaque-t-elle ?

Notre système éducatif est en crise. Plutôt que de chercher des solutions en s’appuyant sur le succès de certains établissements, la majorité à la région coupe leurs financements. Elle s’oppose ainsi frontalement au choix de familles toujours plus nombreuses qui optent pour les établissements privés sous contrat. La gauche veut imposer l’enseignement public aux classes moyennes en arrêtant de subventionner le privé qu’il soit catholique, juif ou musulman.
Ce sont 88 146 élèves, dont 10% de boursiers qui s’apprêtent à devenir les laissés-pour-compte de cette nouvelle politique initiée par le gouvernement et relayée par les régions.
La position du gouvernement est claire : sur les 1000 nouveaux postes annoncés dans l’éducation, aucun n’ira au privé.
La majorité de la région emboîte le pas en délibérant cette semaine pour la suppression brutale des programmes d’aide (achat de matériel pédagogique, gratuité des manuels scolaires, aide à la demi-pension…) et l’abandon de l’aide à l’investissement (mise aux normes de sécurité et d’accessibilité réduites au maximum, suppression de l’aide à la création de places supplémentaires).

Tel Don Quichotte à l’assaut des moulins à vent, la gauche ressort son vieux cheval de bataille contre l‘enseignement privé et retente là où elle avait échoué en 1984.

L’enseignement public comme le privé est la variable d’ajustement d’une gauche régionale incapable de maîtriser son budget. Cette année, 43 millions d’euros inscrits au budget n’ont pas été accordés alors que les besoins se font toujours plus pressants comme l’a démontré le groupe Mouvement populaire lors de la rentrée 2011 : 1 chantier sur 2 de rénovation en retard ; seulement 3 nouveaux lycées livrés sur les 17 promis en 2004 et 95 places d’internat ouvertes sur les 2500 annoncées.

Thèmes centraux de la campagne présidentielle, la jeunesse et l’éducation risquent d’en être les premières victimes.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos de l'auteur

Créé en 2001, le PCD est présent dans plus de 75 délégations à travers toute la France pour remettre l'homme au cœur des décisions politiques.