PCD | Parti Chrétien-Démocrate

Institutions françaises

De la commune à la vie internationale, la vision française des institutions se doit d’être cohérente. Le principe de subsidiarité est une bonne clé d’analyse et d’action. Selon ce principe, il convient de laisser aux personnes et aux collectivités les plus proches l’exercice entier de leurs responsabilités propres, en ne confiant à l’échelon supérieur que les initiatives et les missions qu’elles ne peuvent assumer seules.
photo-proposition-institutions-fr

Instaurer un septennat présidentiel non renouvelable et réduire le nombre de députés à 500, dont 100 élus à la proportionnelle

• Rendre au président de la République, par le septennat non renouvelable, le bénéfice de la durée et l’indépendance d’esprit nécessaires à la hauteur de sa fonction.

Réduire le nombre des députés à 500 afin de participer à l’effort collectif de réduction des dépenses publiques.

Instaurer une dose raisonnable de proportionnelle (100 députés) pour favoriser l’émergence d’un vrai pluralisme sans nuire à l’efficacité de la prise de décision.Faciliter le recours au référendum d’initiative populaire.

• Assouplir les conditions de mise en œuvre du référendum d’initiative populaire, institué par la révision constitutionnelle de 2008 : abaisser le seuil à un million de Français.

Organiser nos territoires et nos institutions selon le principe de subsidiarité, à partir de la commune, cellule de base de notre démocratie

Préserver l’existence de nos communes et leur capacité d’initiative.Réserver aux conseillers municipaux l’élection au suffrage universel, et non l’étendre aux conseillers communautaires. Le maire doit garder sa légitimité de premier responsable élu de proximité et la commune doit garder la compétence générale.

Revoir la question de l’intercommunalité dans le respect du principe de subsidiarité. Les communautés de communes doivent reposer sur la liberté d’association des communes et leur volonté de mise en commun de projets. Elles n’ont pas à être constituées sous la contrainte du pouvoir central et selon un schéma préétabli. A plus forte raison les intercommunalités élargies ne doivent-elles être constituées que s’il y a localement un besoin et une demande. Le respect de l’originalité et de la diversité des communes et de leurs bassins de vie est la base de tout.

 

FOCUS | Instaurer un service national obligatoire, vecteur d’unité nationale

icon-prop-armee

Instaurer un service national obligatoire, pour garçons et filles,d’une durée d’un an, entre l’âge de 18 ans et la fin des études.Ce service national sera un vecteur d’unité nationale par le brassage social et l’apprentissage de l’autorité hors du système scolaire. L’appelé pourra choisir entre un service militaire et un service civil. Ce service national comportera une première phase d’instruction commune dans un cadre militaire, puis un service effectué soit dans les forces armées soit dans les corps constitués(police, gendarmerie, brigades de pompiers ou douanes), soit dans le cadre d’une association reconnue d’utilité publique ou une collectivité locale. L’appelé sera indemnisé par le biais du revenu de base de 400 euros par mois.