PCD | Parti Chrétien-Démocrate
Derniers articles

Jean-Frédéric Poisson a fait sa rentrée parlementaire dans l’opposition

PCD 19 septembre 2012

Jean-Frédéric Poisson, député PCD-UMP de la 10e circonscription des Yvelines, secrétaire national de l’UMP et Vice président du PCD, dresse un état des lieux, quelques jours après la rentrée parlementaire.

Comment voyez-vous votre rôle dans l’opposition ?

Être dans l’opposition, c’est avoir des chances assez faibles de faire aboutir ce à quoi on croit. Nous venons d’examiner les suppressions de la TVA sociale et de la défiscalisation sur les heures supplémentaires. Les Français vont perdre entre 50 et 70 € par mois de salaire. Je ne peux pas être d’accord avec cela. Par contre j’ai été d’accord avec le texte sur le harcèlement sexuel. On doit soutenir la majorité lorsque ses intentions sont dans l’intérêt général, au-delà des attaches partisanes.

 

Comment jugez-vous les premières mesures du gouvernement Ayrault ?

Pas brillantes?! On fait de la dépense publique, quand il faudrait la réduire. On matraque le secteur économique et les entreprises, quand il faudrait les soutenir. On ne donne aucun signe de confiance à nos partenaires européens, alors que l’on est tous embarqués dans la même troïka. Nous avons perdu de l’influence internationale. On est en deçà de la réalité et des besoins. On voit poindre des clivages inquiétants au sein même de la majorité. Si l’on ne change pas d’orientation politique, la situation se dégradera.

 

Êtes-vous favorable au cumul des mandats ?

Oui. Il est indispensable qu’un parlementaire ait une fonction exécutive. L’ancrage territorial est très important. Cela nourrit l’expérience. Beaucoup de décisions se prennent de manière décentralisée. Mais s’il faut limiter les fonctions exécutives, dans les syndicats ou les organisations tierces, je suis prêt à y réfléchir. Laissons les électeurs choisir. Si les électeurs ne sont pas contents, ils le disent. Je suis bien placé pour le savoir.

 

Soutiendrez-vous une intervention en Syrie ?

Non, car je pense qu’il ne faut pas jouer aux apprentis sorciers. Les diverses expériences en Afrique du nord devraient nous rendre extrêmement prudents. Les pratiques du chef de l’État syrien sont condamnables, mais il y a un risque d’installation d’un régime pire que le sien. Il se pose aussi la question des chrétiens d’Orient. Si le régime de Damas tombe et qu’un régime sunnite dur s’installe, les chrétiens disparaîtront. C’est une poudrière la Syrie.

 

Que pensez-vous des mesures d’imposition évoquées par le président de la République ?

C’est de la folie. Mais c’est du socialisme, donc c’est sans surprise. Tous ceux qui ont voté pour François Hollande en espérant qu’il n’y aurait pas d’accroissement de la pression fiscale se sont trompés. Il n’y a aucune volonté de réduire la voilure des dépenses publiques de la part du gouvernement, alors que tous les pays d’Europe le font. Il faut réduire les dépenses, pas accroître les recettes fiscales. C’est la priorité. Aucun système redistributif au monde ne fonctionne.

 

Propos recueillis par Jean-Michel Caillaud

 Retrouver l’intégralité de l’interview sur L’Echo républicain

 

 

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos de l'auteur

Créé en 2001, le PCD est présent dans plus de 75 délégations à travers toute la France pour remettre l'homme au cœur des décisions politiques.