PCD | Parti Chrétien-Démocrate

Jean-Frédéric Poisson sur la condamnation de la dhimmitude par la grande Mosquée d’Al Azhar

PCD 5 février 2018

Conférence de presse du 5 février 2018

SOUTIEN À LA CONDAMNATION DE LA DHIMMITUDE PAR LA GRANDE MOSQUÉE D’AL AZHAR

Intervention de Jean-Frédéric Poisson,
Président du Parti Chrétien Démocrate (PCD)

Paris, le 5 février 2018

Messieurs les Ambassadeurs,
Messieurs les représentants des communautés religieuses,
Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames et Messieurs

jf_poissonNous sommes réunis parce que trois méditerranéens, issus de trois traditions spirituelles et intellectuelles différentes, ont eu l’idée très ambitieuse et un peu folle de solliciter les plus hautes autorités théologiques islamiques afin d’obtenir d’elles une déclaration officielle visant à déclarer la dhimmitude contraire aux principes de l’Islam.

Je les remercie, ces trois personnes, de l’énergie qu’elles ont consacrée à ce beau et ambitieux projet. Et je les félicite de leur succès.
Et je remercie également les institutions qui les ont soutenus.

Car c’est un succès. Du simple fait que les personnes issues de nombreuses traditions ici réunies partagent cette intention, désormais portée par la Grande Mosquée d’Al Azhar, que je salue d’ici.

La déclaration du Cheikh Tayeb déclarant « anachronique et injuste » la dhimmitude était attendue. D’abord parce qu’elle aura pour conséquence, en tous cas je le souhaite, de faire porter sur tous ceux qui en terre islamique ne bénéficient pas de droits pleins et entiers, un regard nouveau. La déclaration du Cheikh Tayeb invite les pays arabo-musulmans à ne plus traiter différemment les hommes en fonction de leur religion, simplement parce qu’ils sont des hommes. Et à ne pas étalonner les droits individuels en fonction des croyances. Une telle orientation ne peut que rassurer les pays occidentaux. Pour tous ceux qui comme moi sont attentifs aux minorités religieuses et à leur sort partout sans le monde, cette nouvelle est porteuse d’une authentique espérance.

Et puis, cette déclaration est le signe qu’une lecture historique du Coran est possible sans pour autant demander aux musulmans de renoncer à aucun des idéaux spirituels de l’Islam et à ce que les musulmans considèrent – et c’est leur droit – comme les conditions de leur salut. Et chacun peut comprendre qu’aucun croyant ne souhaite voir sa foi s’édulcorer.

Reste maintenant à faire en sorte que cette déclaration soit accueillie avec bienveillance et mise en œuvre.
Je n’ignore pas les fragilités actuelles qui touchent le monde musulman.
Je vois quelles menaces Daech et ses différents formes, avec leurs soutiens, font peser sur les pays musulmans, tant sur le plan social que sur le plan religieux.
Je comprends pourquoi de très nombreux musulmans regardent avec une grande méfiance le monde occidental et sont effrayés par le matérialisme qui le domine.
Je suis effaré par la méconnaissance de l’Islam que l’on rencontre trop souvent chez les responsables politiques occidentaux, dans un monde qui ne comprend ni ce qu’est l’Islam, ni ce qu’est une religion, ni qu’une personne humaine puisse préférer la fidélité à son Dieu à la fidélité à son pays.

Aucune de ces difficultés ne doit nous dissuader de produire tous nos efforts pour faire en sorte, en occident comme dans les pays musulmans.
Car je suis certain que l’idéal d’humanité qui consiste à considérer tous les êtres humains avec un respect équivalent, peut emporter avec elle toutes les bonnes volontés.

Le Parti Chretien Démocrate, soucieux d’égalité en dignité de toutes les personnes humaines, s’engagera résolument dans cette voie, seule voie possible d’un vrai dialogue entre les religions et d’une paix retrouvée.

Jean-Frédéric POISSON
Président du Parti Chrétien Démocrate

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos de l'auteur

Créé en 2001, le PCD est présent dans plus de 75 délégations à travers toute la France pour remettre l'homme au cœur des décisions politiques.