PCD | Parti Chrétien-Démocrate

Le PCD prend acte de l’arrivée de Thierry Lepaon à la tête de la CGT et appelle à un renouveau du syndicalisme

PCD 22 mars 2013

 Le Parti Chrétien-Démocrate prend acte de l’arrivée de Thierry Lepaon à la tête de la CGT et des conclusions du 50e congrès du premier syndicat de France.

Il s’agit là d’un moment fort de notre démocratie orientant le dialogue social de ces prochaines années. Au PCD, nous croyons en la force des corps intermédiaires et des syndicats en particulier.

Le PCD appelle tous les salariés de bonne volonté à lutter contre un système devenu totalement fou, où le tout-financier écrase la personne humaine, où le profit immédiat prend le pas sur les impacts économiques, sociaux et humains du long terme. Loin des théories marxistes et de lutte des classes, encore véhiculées par certains, le PCD aspire à une démocratie sociale forte afin que le travail redevienne un facteur de développement humain et d’intégration sociale.

Nous réaffirmons aujourd’hui la primauté de la personne humaine au travail et continuerons à œuvrer pour un modèle social où la représentation du personnel constitue un service du bien commun. Les organisations syndicales contribuent à la construction de l’ordre social et de la solidarité, elles sont un élément indispensable de notre vie sociale.

L’entreprise doit aussi être un lieu de solidarité, de débat, de concrétisation de la destination universelle des biens et le PCD appelle ses sympathisants à s’engager activement en ce sens dans leur entreprise.

Les chantiers ne manquent pas : pénibilité, transposition de l’ANI de janvier, réforme des retraites, sauvegarde et sécurisation de l’emploi, modernisation de la représentativité patronale et syndicale. Sur tous ces sujets le Parti Chrétien-Démocrate prendra toute sa place.

Contact presse : Marie-Jo Le Nagard : presse@lepcd.fr / 06 27 42 11 10

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos de l'auteur

Créé en 2001, le PCD est présent dans plus de 75 délégations à travers toute la France pour remettre l'homme au cœur des décisions politiques.