PCD | Parti Chrétien-Démocrate

Mariage pour tous : prenons le temps du débat

PCD 24 décembre 2012

Olivier de la Faire, conseiller général PCD des Yvelines, invite à reposer le débat sur projet de loi sur le mariage pour tous en prenant le temps de la réflexion et en laissant à tous les français le temps et le moyen de s’exprimer.

Il y a près de deux mois maintenant le gouvernement a dévoilé son projet de loi : «le mariage pour tous». Depuis, cette thématique est omniprésente dans le débat public mais je pense que le débat est mal posé peut-être même confisqué aux Français.

Je pense, en tant qu’élu, qu’il est fondamental de chercher une solution pertinente qui réponde aux besoins de reconnaissance des couples homosexuels sans pour autant déstabiliser « le mariage » qui pour des millions d’autres individus, qu’ils soient juifs, musulmans ou catholiques, est un acte sacré.

Je reconnais et je n’ai jamais eu de mal à reconnaitre : oui deux hommes, oui deux femmes, oui deux personnes de même sexe peuvent avoir des sentiments l’un pour l’autre et s’aimer. Ce n’est cependant pas à l’Etat de le reconnaitre, car son rôle n’est pas d’unir tous les êtres qui s’aiment. Le mariage comme l’énonce le Code Civil n’est pas une reconnaissance sociale de l’amour entre deux êtres, mais la reconnaissance sociale du pouvoir de procréation d’une génération qui est transmis à une autre génération.

On nous parle pourtant de la nécessité du mariage homosexuel au nom de l’égalité des droits, mais est-ce bien là le sujet ? Devrions-nous revenir, sans y avoir réfléchi deux fois, sur l’un des fondements de notre société ? Devrions-nous dénaturer une valeur essentielle à notre société ? Devrions-nous enfin, tout remettre en question lorsque seule une communauté revendique ce droit ? D’ailleurs est-ce une communauté ou un lobby ? Ne serait-ce pas plutôt accentuer les discriminations entre les populations. Ne serait-ce pas imposer la théorie de la « pensée unique » ?

A ce jour 4% des PACS contractés, le sont par des personnes de même sexe, ce qui représente au total 9.000 personnes environ tandis que deux à quatre millions de Français se déclarent homosexuels (source LGBT). Il est ainsi facile d’observer au travers de ces simples chiffres que la revendication d’une union reconnue par l’Etat ne semble pas être celle de l’entière communauté homosexuelle.

Parmi mes amis homosexuels, nombreux sont ceux qui ne comprennent pas l’insistance des défenseurs du « Mariage pour tous » et voient davantage dans cette loi une mise en péril de notre société. Les juristes s’accordent pour affirmer que cette loi créerait une forte instabilité juridique du fait des dizaines, si ce n’est centaines, d’articles qu’il faudrait alors modifier dans le Code Civil. Les historiens voient là, une remise en cause de l’un des fondements sur lequel repose notre société, et ce depuis près de 2000 ans déjà. Ils se plaisent à dire : « Pourquoi n’écouterions-nous pas les religieux »?

Voilà plus de 5000 ans que le judaïsme existe, 2000 ans pour le christianisme et quatorze siècles pour l’Islam. Qui peut mieux nous éclairer sur les héritages historiques et symboliques qui s’incarnent dans le mariage ? Et en effet, au nom du faux principe de laïcité, le gouvernement se ferme aux conseils avisés et réfléchis des religieux. C’est une faute politique et une erreur morale.

Enfin, lorsque l’on aborde l’adoption, suite logique voulu par le mariage pour tous, il semblerait intéressant, également, de recueillir les avis des différents professionnels de l’enfance, les pédopsychiatres, les éducateurs qui n’ont, à ce jour, pas encore été suffisamment mis en lumière.

De même, j’entends dire que lorsque l’on est de gauche, on se doit d’être Pour et lorsque l’on est de droite, on se doit d’être Contre, cet argument est aussi d’un non-sens absolu. En effet, le débat du mariage pour tous est un débat qui justifie un débat apolitique où l’on sort du passionnel et de l’émotionnel pour en appeler à sa conscience et, selon moi, à son propre bon sens.

Pour toutes ces raisons, j’estime que le débat est mal posé et j’en appelle aux parlementaires de gauche comme de droite, à proposer un débat national, un débat où l’on prend en compte les attentes de tous les citoyens qu’ils soient homosexuels, religieux, croyants, professionnels médicaux ou éducatifs… un débat où l’on ose remettre en question le PACS ou un contrat d’union civil qui ne soit plus signé sur un coin de table au tribunal… Un débat, car un sujet de société tel, les Français le méritent, et on ne peut confisquer ce droit aux Français. Ainsi, j’estime, qu’aujourd’hui seul le référendum exprimera la position de tous les français.

Olivier de La Faire

Conseiller Général des Yvelines

suivez les actualités d’Olivier de la Faire ici

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos de l'auteur

Créé en 2001, le PCD est présent dans plus de 75 délégations à travers toute la France pour remettre l'homme au cœur des décisions politiques.