PCD | Parti Chrétien-Démocrate

Excès de zèle, Monsieur Bockel !

PCD 13 avril 2012

Dans son rapport sur la prévention de la délinquance juvénile remis hier à Nicolas Sarkozy, Jean-Marie Bockel insiste sur le soutien à apporter aux parents. Mais il se laisse aussi aller à des propositions inadaptées, voire dangereuses, comme le repérage des troubles du comportement dès l’âge de 2 ou 3 ans pour éviter de futurs comportements délinquants.

Le PCD refuse l’amalgame entre difficultés psychologiques chez certains jeunes enfants et risque d’évolution vers la délinquance, et dénonce la confusion entre prévention et prédiction.

« Des mesures préventives précoces et inadaptées peuvent influer de manière forte sur la personnalité et le comportement de l’enfant, estime Christine Boutin, Présidente du Parti Chrétien-Démocrate. Une médecine préventive ne doit pas être confondue avec une médecine prédictive qui emprisonnerait les enfants en difficulté dans un destin qui, pour la plupart d’entre eux, n’aurait pas été le leur si on ne les avait pas dépistés. »

Le PCD appelle donc le gouvernement à refuser la mise en pratiques de dépistages sur les enfants et à s’opposer collectivement à toute nouvelle tentative de criminaliser de façon prédictive le destin des enfants de trois ans.

 

Le PCD insiste en particulier sur le rôle primordial de la famille dans l’éducation des enfants, surtout en bas âge, et appelle à une vraie politique ambitieuse dans ce domaine.

Les propositions du rapport de M. Bockel concernant la mise sous condition des allocations familiales et le renforcement du statut des beaux-parents vont à l’encontre de cette exigence. Ce lien fondamental entre la famille et l’éducation de l’enfant est d’ailleurs mis en évidence par ce rapport, qui souligne que « dans certains quartiers où explose la délinquance juvénile, plus d’un foyer sur deux est une famille monoparentale ».

Le Professeur Frydman a annoncé mercredi 3 novembre la naissance de jumeaux issus d’une congélation d’ovocytes.

Sabine Faivre, Secrétaire nationale Vie, Famille, Santé du Parti Chrétien-Démocrate, réagit à cette nouvelle : « Certes, la naissance d’un enfant est toujours une magnifique nouvelle, mais mesurons-nous bien les enjeux et les dérives liés à ces nouvelles techniques ? »

La vitrification (congélation ultra-rapide) des ovocytes est un pas supplémentaire en direction de la chosification de l’enfant et l’instrumentalisation du corps humain.

Certes, elle peut apparaitre comme un moindre mal dans la mesure où son développement est susceptible de restreindre le recours à la congélation d’embryons. Mais ce procédé ne remet pas en question les dérives déjà présentes dans les techniques de PMA. Il ne résout pas non plus les questions éthiques liées à l’aide à la procréation tardive chez les femmes ménopausées ou en âge d’être grand-mère, donc contribue à en accroître les risques sanitaires et psychologiques.

Encore une fois, regardons le droit de l’enfant et non le droit à l’enfant : tout désir d’adulte doit-il être satisfait ? Est-ce l’intérêt de l’enfant de naître alors que sa mère aura 60 ou 70 ans ? Mesurons-nous toutes les conséquences liées à ces techniques qui considèrent l’enfant avant tout comme un objet ?

On peut craindre enfin de voir se développer des pratiques mercantiles et des trafics d’ovocytes en direction des pays les plus pauvres. Laisserons-nous exploiter les femmes les plus fragiles ?

Sabine Faivre conclut: « Il est inacceptable que la science, sous de faux airs généreux, soit mise au service de l’instrumentalisation des plus faibles. C’est la raison pour laquelle nous appelons les parlementaires, à la veille des discussions précédant la révision des lois de bioéthique, à considérer ces enjeux avec la plus grande clairvoyance et dans un esprit de responsabilité collective. »

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos de l'auteur

Créé en 2001, le PCD est présent dans plus de 75 délégations à travers toute la France pour remettre l'homme au cœur des décisions politiques.