PCD | Parti Chrétien-Démocrate
Derniers articles

Ouest France : Caroline Rouillier, une autre voix à droite – Vendée

PCD 21 mai 2012

Ouest-France, Jean-Marcel BOUDARD, jeudi 10 mai 2012

CROUILLIERCandidate dans la 2 e circonscription, elle sera l’unique représentante du parti de Christine Boutin.

Présent en Vendée depuis un an, le Parti chrétien-démocrate (PCD) s’engage dans la bataille des législatives. Le mouvement de Christine Boutin, qui ambitionnait d’être représenté dans toutes les circonscriptions, n’aura finalement qu’un seul candidat. « Le parti est jeune », rappelle Christine Rouillier, la déléguée départementale du PCD.

C’est elle qui incarnera « cette droite de convictions », le 10 juin prochain. Domiciliée à Montaigu, cette mère de famille de six enfants n’a pas souhaité combattre Véronique Besse, dont elle « partage l’éthique », dans la 4 e circonscription. A 37 ans, elle aurait pu briguer la 1 re , où le retrait de Jean-Luc Préel (Nouveau centre) a ouvert un espace politique à droite.

Elle a finalement choisi la 2 e circonscription (La Roche Sud-Talmont), la plus difficile, puisqu’on y recense déjà les candidatures de Dominique Caillaud (UMP), Raoul Mestre (divers droite), Françoise Fontenaille (MoDem) et Brigitte Neveux (FN). « J’ai habité Chantonnay pendant 6 ans et on avait fait ce choix en pensant pouvoir présenter un candidat dans la 1 re », explique Mme Rouillier, qui enseigne la musique dans un collège privé de Sainte-Hermine.

Chantonnay, c’est aussi là où réside son suppléant, Daniel Walter, le directeur de la maison de retraite de l’Union chrétienne, à Fontenay-le-Comte. Ensemble, ils comptent réconcilier la droite avec les valeurs de la famille et du travail, trop souvent mises entre parenthèses durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy. « Quand Marine Le Pen évoque l’UMPS, ça veut tout dire. On a fait trop d’ouverture à gauche. »

Si la dernière ligne droite de la présidentielle a vu « un sursaut », Caroline Rouillier estime qu’il manque « une dimension sociale » à l’UMP. « Le chômage, c’est d’abord une souffrance. Il ne peut être stigmatisé. » Elle fera campagne sur la réduction de la dette « et le train de vie de l’État », le soutien aux entreprises à travers « l’allégement des charges », l’éducation et la famille avec « le respect de la vie ». Elle s’oppose notamment à l’euthanasie, un « permis de tuer », et à l’IVG, dont « on a banalisé les souffrances ».

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos de l'auteur

Créé en 2001, le PCD est présent dans plus de 75 délégations à travers toute la France pour remettre l'homme au cœur des décisions politiques.