PCD | Parti Chrétien-Démocrate
Derniers articles

Parrainages : face à l’urgence du changement, le Conseil constitutionnel préfère ne pas se mouiller

PCD 16 février 2012

Christine Boutin, présidente du Parti Chrétien-Démocrate, dénonce vivement l’attentisme des Sages qui ont choisi de ne pas faire évoluer la procédure des parrainages. Seul le législateur, à l’initiative de Nicolas Sarkozy s’il est réélu, pourra faire évoluer ce système à bout de souffle.


Le Conseil constitutionnel vient de rendre sa décision. Je note qu’il a jugé recevable ma demande alors même que je ne suis plus candidate à l’élection présidentielle et qu’il reconnaît le changement de circonstances. Mais il ne s’est pas saisi du pouvoir de contrôle de la régularité de l’élection présidentielle que lui confère l’article 58 de la Constitution.

La décision du Conseil est claire : l’anonymat des parrainages n’est pas à l’ordre du jour. Alors que plusieurs candidats à l’élection présidentielle rencontrent des difficultés réelles pour réunir les parrainages nécessaires d’élus, les « Sages » n’ont pas jugé bon d’adapter cette procédure de validation à la situation actuelle. Je le regrette.

Je regrette surtout qu’il n’ait pas orienté le législateur, qui a le pouvoir de modifier le système. Pourtant le Conseil Constitutionnel a déjà pris, à plusieurs reprises, position en faveur de la transparence et encouragé ainsi le législateur. Je regrette enfin ce manque de courage. Les membres du Conseil seront restés sourds aux nombreux appels des candidats à faire évoluer la Constitution.

Pourtant, ne nous y trompons pas : le système doit changer. Parce que les difficultésseront les mêmes à la prochaine élection, et parce que le désir de démocratie des Français doit être entendu. Il faudra donc utiliser la voie législative, et espérer le courage des parlementaires. Je regrette d’ailleurs que M. Fillon n’ait pas su se saisir de cette opportunité, en décembre, comme je le lui avais demandé.

Je suis cependant satisfaite que Nicolas Sarkozy ait annoncé que, s’il est réélu en mai prochain, il demandera à son Premier ministre de saisir le Parlementafin de modifier ce système à bout de souffle.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos de l'auteur

Créé en 2001, le PCD est présent dans plus de 75 délégations à travers toute la France pour remettre l'homme au cœur des décisions politiques.