PCD | Parti Chrétien-Démocrate

« Pédophilie tolérance zéro » – Nicolas Tardy-Joubert, Conseiller régional Ile-de-France PCD

PCD 11 avril 2016

« Pédophilie tolérance zéro »

Les affaires en cours, et les déclarations diverses sur la pédophilie, m’amènent en tant que chrétien, et nouveau conseiller régional du Parti Chrétien Démocrate en Ile-de-France, à exprimer mon point de vue sur ce sujet.

L’Education Nationale et l’Eglise sont confrontées au drame de la pédophilie, avec des enseignants, des éducateurs, des prêtres qui franchissent la ligne rouge absolue. La pédophilie est un crime et l’atteinte physique aux plus jeunes et plus faibles d’entre nous est inacceptable.
Il nous faut dénoncer ces crimes avec la plus grande fermeté, les poursuivre, et limiter tout risque de récidive. Il n’y a pas de prescription à la douleur, et les victimes doivent vivre le restant de leurs jours avec cette tâche indélébile. Nous avons le devoir de les aider à se reconstruire, et laisser les criminels en poste de responsabilité dans leur institution, ne peut créer qu’incompréhension et malaise. Toute personne en situation d’éducation, doit être définitivement empêchée de recommencer une offense faite aux enfants.

L’affaire des plaintes déposées à l’encontre de Mgr Barbarin est évidemment à charge, de la part de tous les anticléricaux de notre pays, contre le primat des Gaules. Personne ne peut lui reprocher la droiture de sa conduite et la journaliste qui avait voulu le piéger sous le format d’une fausse confession en a été pour ses frais. Cette dernière a d’ailleurs très honnêtement reconnu la position du Cardinal à ce sujet ; sa réponse a été claire et sans faille, pour réaffirmer la nécessité de dénoncer ces crimes auprès de la justice.
Les positions qui avaient été prises par Mgr Barbarin vis a vis de pédophiles, étaient pleines de miséricorde et de mansuétude, dans la mesure ou les prêtres fautifs l’avaient assuré qu’ils n’avaient jamais recommencé, et de l’ancienneté des affaires. Est ce à dire que c’était une bonne décision pour la justice des hommes?

De très récentes déclarations malheureuses de Mgr Lalanne, évêque de Pontoise, indiquant qu’il ne savait pas si la pédophilie était un péché, corrigées depuis, ont créé stupeur et émotion pour tous les chrétiens et hommes de bonne volonté. Le Pape François et ses prédécesseurs Benoit XVI et Saint Jean-Paul II ont toujours indiqué clairement que c’était un « péché détestable aux yeux de Dieu », « un crime atroce » et « qu’il n’y a pas de place dans le ministère de l’Eglise pour ceux qui commettent de tels abus »

Toutes nos institutions, notre justice ont le devoir d’assurer la pleine application des peines au civil et au pénal, la prévention des crimes, la réparation des offenses faites aux victimes. Si après le jugement et la peine effectuée, il y a pardon et miséricorde, le principe de précaution doit toujours primer.

C’est pourquoi toute personne ayant sali des enfants à travers des actes pédophiles, doit être empêchée de nuire. La radiation des effectifs de l’Education Nationale où de trop nombreuses affaires sont régulièrement découvertes, ou le relèvement de leur sacerdoce pour des ecclésiastiques par exemple, sont des décisions qui doivent être prises sans faillir, pour mettre définitivement les pédophiles en dehors de tout contact avec des mineurs.

Nicolas Tardy-Joubert
Conseiller Régional Ile de France

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos de l'auteur

Créé en 2001, le PCD est présent dans plus de 75 délégations à travers toute la France pour remettre l'homme au cœur des décisions politiques.