PCD | Parti Chrétien-Démocrate

Peines de probation : le Gouvernement ne fait que réinventer ce qui existe déjà

PCD 30 août 2013

Louis-Georges BARRET, avocat et vice-président du Parti Chrétien-Démocrate dénonce le faux-nez de la validation des peines de probation par François Hollande.

« Le fait que le Président de la république et le garde des sceaux arbitrent dans ce sens démontre une absence totale de la connaissance de la réalité judiciaire de notre pays.

En effet, le Gouvernement qui fait mine de créer, de réformer, ne fait que réinventer l’existant. Ce dispositif étant déjà présent dans notre droit positif, cela s’appelle les ‘peines de sursis avec mise à l’épreuve’. Le Gouvernement par cette annonce, met, de facto, les magistrats dans une posture qui les oblige à inverser le principe de l’exception.

Il s’agit d’une révolution copernicienne de l’ordre de notre système judiciaire.

Je dénonce aussi le fond de la mesure. Afin d’être pleinement efficaces, les peines de probation doivent être encadrées, surveillées. Or, aujourd’hui, les services de l’Etat n’ont pas les moyens d’effectuer cette mission.

Par ailleurs, la réalité actuelle du terrain commanderait d’envoyer un signal fort d’autorité aux délinquants. Ce n’est qu’à cette condition que les forces de l’ordre pourront faire respecter la loi et l’ordre public.

Or, le signal envoyé est contraire. Les conséquences seront subies par les Français dans leur quotidien, désormais à la merci des délinquants.

Enfin, une fois de plus, on ne peut que constater l’absence de politique carcérale de ce Gouvernement. Or, tout homme ayant vocation à sortir de prison doit être incarcéré dans des conditions dignes. C’est la raison pour laquelle, au nom du Parti Chrétien Démocrate, je demande le lancement d’un plan de construction de places de prison. Il s’agit là d’une étape fondamentale dans le respect de la sécurité des biens et des personnes de notre pays.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos de l'auteur

Créé en 2001, le PCD est présent dans plus de 75 délégations à travers toute la France pour remettre l'homme au cœur des décisions politiques.