PCD | Parti Chrétien-Démocrate
Derniers articles

Publication du rapport sur le mal-logement : la Fondation Abbé Pierre ne veut pas entendre Christine Boutin

PCD 1 février 2012

À l’inverse de la plupart des candidats à l’élection présidentielle, Christine Boutin n’a pas été invitée pour évoquer ses propositions sur le logement. Pourtant, son programme comporte des mesures concrètes répondant aux exigences fixées par la Fondation l’Abbé Pierre.

1ère exigence : Programmer 500 000 logements par an, pendant 5 ans, dont 150 000 logements vraiment sociaux

Dés le début de ma prise de fonction comme ministre du Logement, je n’a eu qu’un seul objectif en tête : Construire !

Concrètement, avec 435 000 mises en chantier en 2007, dont 100 000 logements locatifs sociaux, j’ai battu le record de construction de logements sociaux en France depuis 30 ans.

Mon successeur a d’ailleurs poursuivi la dynamique que j’ai lancée. A titre d’exemple, 130 000 logements sociaux ont été financés en 2010, contre 50 000 logements en moyenne entre 1978 et 2003.

Pour répondre à la crise du logement, construire doit rester la prioritédans les zones tendues.

2ème exigence : Libérer des terrains à bâtir à un prix raisonnable

Concernant les mesures d’urgence proposées par Nicolas Sarkozy dimanche dernier, je tiens à préciser qu’une grande partie figurait déjà dans la loi Boutin sur le logement, notammentl’extension de la possibilité de construire sur une même surface tout comme la mise à disposition des terrains appartenant à l’Etat. Ces différentes mesures ont été regroupées dans un plan 2008-2013.

3ème exigence : Encadrer les loyers/Réguler les prix de l’immobilier

Je suis totalement opposée à la proposition de bloquer les loyers. C’est une mesure illusoire et contreproductive, qui incitera les propriétaires à ne plus mettre leur bien en location, ce qui ne fera que renchérir le prix de l’immobilier locatif ou encourager des pratiques de dessous de table. Le blocage des loyers est une initiative qui a déjà été essayée mais n’a jamais fonctionné. Tous les spécialistes en conviennent.

Il faut cesser d’opposer les propriétaires aux locataires, car les deux ont besoin l’un de l’autre.

C’est par la réduction des risques locatifs que l’on pourra espérer une baisse des loyers. C’est ce que j’ai impulsé en tant que ministre par la mise en place de la garantie de risquelocatif ou encore de commissions départementales de prévention des expulsions qui ont permis de diminuer de manière significative les dettes d’impayés.

4ème exigence : Donner une priorité absolue à l’accès au logement des personnes en difficulté

Pour loger les personnes en difficultés, j’ai mis en application le Droit au Logement Opposable (DALO). En septembre 2010, le secrétaire d’Etat au logement indiquait que 40 % des demandeurs jugés prioritaires avaient, à cette date, obtenu un logement.

Comme ministre du Logement, j’ai fait appliquer plusieurs mesures complémentaires : la création de l’intermédiation locative pour encourager les propriétaires privés à louer à des personnes en difficulté ; la création, avec les partenaires sociaux, de la garantie des risques locatifs dans le cadre du 1% logement.

L’accession à la propriété pour tous : j’ai obtenu, dans le cadre du plan de relance, le doublement du prêt à taux zéro. Je constate aussi le succès du pass foncier, support juridique de la maison à 15 €, puisqu’il y a bien eu 30 000 pass foncier en 2010, comme cela avait été programmé. Depuis le pass foncier a malheureusement disparu.

5ème exigence : Renforcer les obligations de la loi SRU en imposant 25% de logements sociaux

Il faut intégrer dans ce calcul l’accession sociale à la propriété. Pour moi l’accession sociale à la propriété, c’est aussi du logement social. Et il n’y a pas de raison que seuls les plus riches puissent devenir propriétaires.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos de l'auteur

Créé en 2001, le PCD est présent dans plus de 75 délégations à travers toute la France pour remettre l'homme au cœur des décisions politiques.