PCD | Parti Chrétien-Démocrate

Union civile : ne nous trompons pas de combat !

PCD 24 avril 2013

L’idée d’une alliance civile entre personnes de même sexe, qui se substituerait au mariage homosexuel, se fait jour dans la société. Le PCD affirme sa ferme opposition à cette proposition.

L’ALLIANCE CIVILE EST UN LEURRE

1 – Une proposition inutile :

L’alliance civile ne sera pas adoptée.

  • La majorité de gauche rejette le projet d’alliance civile depuis le début. Si les socialistes avaient voulu des améliorations du PACS, ils les auraient cherchées et trouvées…
  • Le but du projet de loi est d’effacer toute différence entre les couples hétérosexuels et les couples homosexuels : il faut donc les faire accéder à la même institution. L’alliance civile ne fera pas taire les revendications égalitaristes.

2 – Une proposition inefficace :

L’alliance civile n’empêchera rien.

  • Au mieux, elle retardera l’adoption du mariage homosexuel.
  • Elle aura, à terme, les mêmes conséquences que le mariage : l’ouverture de l’adoption, de la PMA et de la GPA. La Cour Européenne des Droits de l’Homme aura vite fait de crier à la discrimination face à ce contrat qui donne « presque tous les droits » sauf celui de la filiation, et d’exiger que celle-ci soit inclue dans ce pacte.
  • Si elle est ouverte à tous les couples, pourquoi garder 3 systèmes proches mariage/alliance/pacs. Si elle est ouverte aux seuls couples homosexuels, il y aura discrimination. Dans tous les cas, la jurisprudence et le pouvoir politique rapprocheront dans un délai proche alliance et mariage. Bref, un bidouillage juridique qui mettrait encore à mal la portée anthropologique du mariage.

3 – Un piège :

La politique repose sur l’art du compromis et la recherche du meilleur possible, mais ce compromis-là n’est pas acceptable. Il est une compromission !

  • L’alliance civile avalise un principe que nous combattons : elle consiste à institutionnaliser une union entre personnes de même sexe en lui conférant un certain nombre de droits très proches du mariage, notamment la responsabilité partagée et l’autorité parentale.
  • Implicitement, avec l’alliance civile, nous approuvons le postulat de base du Parti Socialiste : il faut répondre aux revendications de toutes les minorités, il faut toujours ouvrir de nouveaux droits, il faut encadrer toutes les situations… Avec ce raisonnement, nous allons droit dans le mur. Pour stopper les dérives, il faut savoir dire non maintenant !
  • A terme, l’alliance civile aura les conséquences du mariage. En la défendant, non seulement nous n’aurons rien gagné, mais nous aurons soutenu l’idée qu’il y a une discrimination envers les couples homosexuels et qu’ils doivent avoir toujours plus de droits !
  • Derrière cette proposition se cache la théorie du genre : l’alliance civile encourage cette théorie qui nie la différence sexuelle, en identifiant toujours plus les couples homosexuels aux couples hétérosexuels. Nous sommes face à un enjeu fondamental de civilisation, nous ne pouvons faire preuve de laxisme ou de légèreté : nous devons nous opposer fermement à toute négation de l’altérité des sexes, l’avenir de notre société en dépend !

CONCLUSION :

  • Le vrai combat ne consiste pas à essayer de donner des droits supplémentaires, mais à s’opposer à la destruction des fondements de notre société. Le véritable combat doit consister à demander le retrait du projet de loi, ou au moins un référendum sur cette question !
  • Ne soyons pas complices du gouvernement et de ses positions idéologiques, ne soyons pas complices d’un changement de civilisation dramatique pour les enfants, pour les familles, pour notre société. Refusons toute compromission, refusons l’alliance civile !
  • Continuons notre mobilisation massive. Ensemble, construisons une nouvelle société loin des dérives relativistes et libérale-libertaires. Ensemble, redonnons du sens à la France.

Rejoignons le mouvement des veilleurs et toute action conduite dans la paix et la résistance non-violente. La permanence de cette résistance permettra la victoire pour nos enfants.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos de l'auteur

Créé en 2001, le PCD est présent dans plus de 75 délégations à travers toute la France pour remettre l'homme au cœur des décisions politiques.