PCD | Parti Chrétien-Démocrate
Derniers articles

van Proosdij Duport : Lorsque la gestion devient une fin en soin, on est dans une société inhumaine

PCD 25 juin 2011

J’ai découvert aujourd’hui sur le blog de Louis van Proosdij Duport une situation qui ne peut laisser insensible. Ci-dessous la réponse que je lui ai adressée.

Cher Monsieur,

En lisant votre témoignage poignant, je ne peux m’empêcher d’y voir non un cas scandaleux et isolé mais le symbole d’une société qui a perdu tous ses repères fondamentaux.

On voit bien ici que, dans le domaine de la santé, il n’y a pas de gestion qui ait du sens si ce n’est pour permettre un projet de soins. Il n’y a pas de procédures qui aient du sens si ce n’est pour porter une volonté de qualité des soins.

Ici on voit l’horreur d’un monde de gestion et de procédures mais coupé de ce qui les légitime. Il faut redire avec force que la gestion et les procédures doivent servir les soignants qui doivent pouvoir donner du temps gratuitement pour tenir la main, adapter les soins et répondre à une demande imprévue…

Cet exemple est à l’image de la grande fragilisation de notre Etat et de notre sécurité sociale. A force de réformes successives qui n’ont jamais le temps d’être équilibrées, les fonctionnaires sont perdus, coupés de leurs missions fondamentales, obnubilés par l’injonction qui leur est faire de bien suivre la procédure et de remplir les bonnes cases… même au prix d’aveuglements tragiques.

Il faut dire avec force qu’un Etat centralisé qui pense pouvoir tout gérer sans les hommes et femmes sur le terrain est un Etat qui tourne à vide. Il faut redire avec force que les soignants (comme les chercheurs dans un autre domaine) ne doivent pas passer leur journée à industrialiser leurs actes mais qu’ils sont aussi et d’abord là pour prendre soins, donner ou redonner le goût de la vie par les milles attentions gratuites qui changent tout.

Au fond il s’agit d’un choix de société. Une société marchande peut tout paramétrer mais il manquera le don, les sourires et l’amour.

Votre témoignage est à l’image des choix qui sont devant nous. J’ai la conviction que l’on peut moderniser la France sans la déshumaniser. Il faut pour cela que nous veillons à résister à ces pressions scandaleuses, que nous construisions en respectant nos valeurs et non en leur tournant le dos !

Je tenais par ces simples mots à vous dire mon soutien.

Christine Boutin
Ancien Ministre

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos de l'auteur

Créé en 2001, le PCD est présent dans plus de 75 délégations à travers toute la France pour remettre l'homme au cœur des décisions politiques.