PCD | Parti Chrétien-Démocrate
Derniers articles

Xavier Lemoine : Montfermeil a un nouveau visage

PCD 18 mars 2013

News Press le 08/03/2013. Entretien entre Xavier Lemoine et Jean François Puech au Press Club de France.


Q : Xavier Lemoine, vous êtes maire de Montfermeil qui a été le théâtre d’émeutes en 2005. Quelles sont les réponses que vous avez apportées pour que cela ne se reproduise plus ?

R : Il y a eu une véritable explosion de la violence à la fin de l’année 2005, et dans le premier trimestre 2006 ; + 200 % ! Nous étions dans une situation de non droit sur une partie du territoire de la commune et Il a fallu d’abord faire face à l’urgence de la sécurité des personnes et des biens. J’ai mis en place une Police Municipale constituée d’agents spécialement formés à la surveillance en veillant à ce que l’action de la police municipale intègre la dimension du dialogue. Par ailleurs, en avril 2006, j’ai pris l’initiative d’un arrêté établissant l’interdiction aux mineurs de circuler en bande et sans la présence d’adultes entre 20 h et 5 H du matin. Ces décisions certes contestées ont toutefois permis en 2 mois de frapper les esprits et de sensibiliser toute la population à l’instauration d’une paix sociale au profit de tous. La ville a ensuite installé une cinquantaine de caméras de vidéo projection, dont les images sont renvoyées vers le commissariat de la Police Nationale de Clichy-sous-Bois et au poste de la Police Municipale. Le résultat est sans appel, cela a diminué considérablement les actes de délinquance et nous avons retrouvé une situation enviable par rapport aux collectivités d’Ile-de-France.

Q : La contrainte suffit-elle pour rétablir la paix sociale ?

Vous avez raison, c’est insuffisant. Nous avons à Montfermeil plusieurs quartiers composés de populations au niveau de vie différent et de nombreuses nationalités. Or c’est de la connaissance de l’autre que vient la reconnaissance de l’autre. Ainsi nous avons lancé le Défilé Cultures et Création qui permet à toutes les communautés de faire connaître aux autres l’originalité de leur culture tout en rivalisant d’audace et d’ingéniosité pour les créations originales à partir d’un thème donné par la commune. Un vrai travail de pro sous l’oeil de grands professionnels parisiens.

C’est une véritable fête et cela a permis à de nombreux montfermeillois de nouer des contacts qui en d’autres circonstances n’auraient pas pu s’établir. Chaque année, la population participe au sens propre du terme au spectacle « Son & Lumière », dans la mesure où les habitants sont les figurants de ce spectacle et assistent l’agence évènementielle en charge de l’opération. Tout récemment, le 26 janvier dernier avec le Maire de Clichy-sous-Bois, nous avons appelé la population à manifester en faveur du projet de futur Tramway destiné à désenclaver nos communes. Nous voulions ainsi que soit prise en compte notre demande de transport pour le bien de nos populations. A cette occasion, une véritable solidarité s’est installée entre tous les quartiers de la ville. Les transports urbains ne sont pas réservés aux villes favorisées de l’Ile-de-France. C’est une nécessité d’intérêt général.

Q : Vous avez déclaré que Montfermeil avait changé de visage en quelques années ; en quoi la ville a changé ?

La confiance en l’avenir est déterminante pour la cohésion d’une société. C’est vrai au niveau d’un pays, ça l’est aussi au niveau d’une région et au niveau local. C’est pourquoi, depuis plusieurs années, la ville dans le cadre de nombreux projets a eu comme préoccupation essentielle, l’amélioration de la qualité de la vie à Montfermeil.

Ainsi, la ville a lancé un second plan d’amélioration de l’habitat qui doit permettre de poursuivre l’éradication de l’habitat vétuste et insalubre. La démolition des barres de logements qui ont concentré pendant des dizaines d’années les déficits sociaux, culturels, de sécurité et de niveau de vie, s’achève. Dans ces espaces « libérés » nous construisons de nouvelles résidences de qualité, en location ou en accès à la propriété. Une « maison de l’habitat » présente depuis octobre 2011 le plan de rénovation, la transformation de ce secteur de la ville et l’amélioration du cadre de vie. La ville a aussi réalisé de beaux espaces publics qui profitent d’abord aux habitants de ces quartiers mais l’embellissement de la commune contribue au nouveau « visage » de Montfermeil. C’est un changement considérable, car la nouvelle image de Montfermeil favorise l’attractivité de ce territoire si souvent stigmatisé et inverse de façon positive la balance démographique de Montfermeil. Nous accueillons aujourd’hui de plus en plus de jeunes familles primo accédantes.

Pour donner une unité à la Cité, avec un grand « C », la ville a lancé une vaste opération « coeur de ville » de rénovation du centre-ville ancien et de prospection des enseignes commerciales. Cela permettra à toutes et à tous de se retrouver dans un espace commun et de partage selon le même principe : se connaître, c’est se reconnaître !

C’est comme cela que nous pouvons vivre ensemble dans l’harmonie, je peux dire que nous sommes devenus un véritable laboratoire. Mais à la collectivité nationale d’assumer aussi sa part !

Q : Que voulez-vous dire ?

Je veux dire que le rattachement de la ville aux réseaux de transports en commun de l’Ile-de-France est une nécessité absolue sinon tous les efforts qui ont été faits seront fragilisés et nous serions condamnés à devenir un ghetto. Ce combat nous le menons avec Clichy-sous-Bois, car, si nous sommes d’un bord politique différent, – je suis proche de Christine Boutin et le maire de Clichy est au PS- nous menons ensemble le même combat et nous nous sommes réunis dans une même communauté d’agglomération. Je souhaite qu’au plus haut niveau de l’Etat, on garde bien présent à l’esprit que ces deux villes ont lié leur sort, et qu’au-delà de leurs différences politiques, elles se sont attachées, au profit de leurs populations, à mettre en valeur leurs complémentarités plus qu’à exacerber leurs différences. Lorsque l’on évoque les réalités de la politique de la ville sur ce territoire, les deux villes doivent être citées. C’est donc d’une seule voix que les deux Maires plaident pour le désenclavement de leur territoire afin de lui permettre d’exprimer et de valoriser tous ses atouts et faciliter l’accès aux pôles d’emploi et de formation à sa population.

Cela passe d’abord par le tramway T4. Sans aller dans tous les détails, la connexion de Montfermeil à cette ligne avec une gare située devant l’hôpital de la ville permettra à tous les habitants d’avoir un accès rapide aux RER E et B et de faire des trajets de banlieue à banlieue sans passer par Paris. Et puis un tram toutes les 6 minutes c’est un service qui nous met au même niveau que le métro parisien !

Quant au « métro express » du Grand Paris, un accord-cadre signé le 14 mars 2012 avec l’Etat acte la construction d’une gare commune « Clichy-sous-Bois / Montfermeil ». Le métro du Grand Paris permettra aux Montfermeillois de rejoindre beaucoup plus rapidement les bassins d’emploi prioritaires pour nos habitants que sont La Défense et surtout Roissy.

La gare commune joue aussi un rôle en termes d’attractivité dans un projet emblématique pour notre ville, car elle sera située au pied de la « Tour Médicis » auparavant appelée « Tour Utrillo » acquise par l’Etat en décembre 2011 afin d’accueillir des artistes de renommée internationale. Frédéric Mitterrand alors ministre de la Culture et de la Communication s’est engagé dans ce projet, la Villa Médicis à Rome est en partenariat avec la ville et nous apportera son expérience, son expertise et nous avons des projets communs.

Imaginez l’impact de ce projet sur notre ville, sur l’ensemble de la Seine Saint Denis et la fierté que l’ensemble des populations en retireront !

La Tour Médicis, c’est pour le département de la Seine Saint Denis, le Louvre à Lens !

En tant membre du PCD, que pensez-vous du vote par l’Assemblée Nationale du « mariage pour tous » ?

Les Maires sont, hélas, les premiers témoins, impuissants, des ravages auprès des jeunes enfants et des adolescents des différentes formes de précarité familiale qu’ils subissent. La loi n’est là que pour indiquer et protéger ce qui est bon pour la société. La loi ne peut s’abaisser à reconnaître et satisfaire des revendications individuelles ou catégorielles, et encore moins à redéfinir ce que la nature a établi, c’est-à-dire, la complémentarité dans l’altérité de l’Homme et de la Femme au service de l’accueil et de l’éducation des enfants.

Cette loi pour une très grande majorité de Maires constitue une grave transgression, et une atteinte de leur conscience qui les blesse profondément.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos de l'auteur

Créé en 2001, le PCD est présent dans plus de 75 délégations à travers toute la France pour remettre l'homme au cœur des décisions politiques.