PCD | Parti Chrétien-Démocrate

Affaire Vincent Lambert : les garde-fous de la loi Leonetti s’effondrent

PCD 24 juin 2014

Jean-Frédéric Poisson, Président du PCD, s’exprime suite à la décision du Conseil d’Etat qui s’est prononcé en faveur de l’arrêt de traitement de Vincent Lambert.

“Le Conseil d’Etat s’est aujourd’hui prononcé sur la vie d’un homme, Vincent Lambert, pour qui il a décidé de l’arrêt des soins. Je m’oppose à cette décision et ce pour plusieurs raisons.

La première est simple. C’est même du bon sens : il n’est pas du ressort de la justice de décider de l’avenir médical d’un patient. La vie de Vincent Lambert n’aurait jamais dû dépendre d’une décision de justice.

La seconde tient à la loi Leonetti : cette loi est une très bonne loi, évidemment. Néanmoins, elle demeure ambigüe sur la question de l’alimentation et de l’hydratation. La preuve aujourd’hui : les médecins n’arrivent pas à se mettre d’accord, pas plus que les juges qui examinent la situation face à la loi. J’en conclus que la loi ne peut pas tout.  C’est pourquoi nous devons nous prémunir de toute évolution législative, qui ne saurait nous protéger.

Finalement, je n’ai aujourd’hui qu’une certitude : les garde-fous de la loi Leonetti s’effondrent aujourd’hui. Les digues sautent.  La décision du Conseil d’Etat relève d’une interprétation euthanasique de la loi Leonetti, à tort évidemment.”

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos de l'auteur

Créé en 2001, le PCD est présent dans plus de 75 délégations à travers toute la France pour remettre l'homme au cœur des décisions politiques.